ISHA UPANISHAD

L’Isha Upanishad est une des plus importante des upanishad majeures, un ensemble de textes qui sert de fondement à la philosophie hindouïste, les Vedas. Elle est considérée comme faisant partie de la Shruti, c’est à dire, une sorte de « canon » de textes révélés. 

Ce bref texte tire son importance de la description qu’il donne de la nature de la voie du Brahman. Cette voie présente un « Monisme » (par opposition au dualisme) indiquant que tout est dans l’unité, idée aussi présente durant l’antiquité occidentale.

Je vous transmet ici la traduction de Gaura Krishna, et, bien entendu, je conserve les annotation de celui ci, entre parenthèses, sans quoi la compréhension serait, nettement plus… euh… délicate !

Bangalore_Shiva

_______________________________________________________

Aum. Tout ce qui est changeant dans le monde,tout cela est enveloppé par le Seigneur. Par la renonciation à cela, aide-toi.  Ne convoite pas la richesse d’autrui.

Certes, en faisant les oeuvres, on doit désirer vivre cent ans ici. Pour un homme tel que toi, il n’y a pas d’autre moyen que celui-ci, par lequel l’action ne s’attache pas (à l’homme).
Ces mondes asuriques (démoniaques) sont enveloppés d’aveugles ténèbres. Ceux qui tuent le Soi y vont après leur départ.
Cela demeure sans mouvement, un(ique) et plus rapide que la pensée, les dieux (les sens) ne peuvent l’atteindre dans sa progression en avant. Demeurant stable, il distance tous les autres qui courent. Cela étant là, Matarisva (l’air, l’énergie cosmique) supporte toutes

les activités.

Cela se meut, Cela ne se meut pas; Cela est loin,

Cela est près; Cela est au-dedans de tout; Cela est aussi à l’extérieur de tout.

Celui qui voit tous les êtres dans l’Atman même et l’Atman dans tous les êtres, ne ressent aucune haine du fait de cela (cette réalisation).

Lorsque pour celui qui sait, tous les êtres sont devenus l’Atman même, alors quelle illusion, quelle peine peut-il y avoir, pour lui qui voit l’unité ?

Il est omnipénétrant, pur, sans corps, sans nerfs, sans blessure, sans tâche, non touché par la faute, omniscient, gouverneur du mental, transcendant et existant par lui-même; Il a assigné les devoirs pour les Prajapatis (années éternelles).

Ceux qui rendent culte à avidya (ignorance ou rites)entrent dans des ténèbres aveuglantes. En de plus grandes ténèbres que celles-ci entrent ceux qui sont engagés en vidya (connaissance, philosophie, méditation sur les dieux).

Ils disent que par vidya un résultat différent (est obtenu) et que par avidya un résultat différent (est obtenu); ainsi avons-nous entendu des sages qui nous l’ont expliqué.

Celui qui connaît à la fois vidya et avidya, ayant conquis la mort par avidya, atteint l’immortalité par vidya.
Ceux qui se vouent au non-devenir (prakrti non manifestée) entrent dans des ténèbres aveuglantes. En de plus grandes ténèbres entrent ceux qui se vouent au devenir (hiranyagarbha).

Ils disent qu’un résultat différent est obtenu par le culte du devenir et qu’un résultat différent est obtenu par le culte du non-devenir. Ainsi l’avons-nous entendu des sages qui nous l’ont expliqué.

Celui qui connaît à la fois le non-devenir (prakriti) et la destruction (le devenir) atteint l’immortalité par le non-devenir en conquérant la mort par la destruction.

L’entrée de la Vérité est cachée par un plateau doré. O toi, Soleil, ôte-le pour que je la voie, moi qui suis par nature véridique.

O nourrisseur, voyageur solitaire, contrôleur, acquéreur, fils de Prajapati, retire tes rayons, ramasse ta lumière. Je vois cette forme qui est tienne qui est la plus bénie. Je suis ce purusha (cette personne) qui est là.

Que mon énergie vitale atteigne maintenant l’Air éternel; que ce corps soit réduit en cendres. Aum. Mental, rappelle-toi de ce qui a été fait, rappelle-toi de ce qui a
été fait.

O Agni (Feu), connaissant toutes nos actions, conduis-nous par le bon chemin

à la jouissance des fruits de nos actions; ôte de nous toutes les fautes malhonnêtes. Nous t’offrons beaucoup de salutations.
Aum. Cela (Brahman inconditionné) est infini, ceci (Brahman conditionné) est infini. De l’infini (inconditionné) est apparu l’infini (conditionné). En prenant l’infini de l’infini (conditionné), il demeure comme le seul infini (inconditionné). (L’Infini inconditionné) demeure le même, même si l’infini (conditionné) est apparu à partir de lui.
Publicités

A propos distdekaerth777

Esoterist - Occultist - Graphic Artist - Photographer - Musician.
Cet article, publié dans Hindouïsme, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s