L’ÉLIXIR DE PARACELSE

Paracelsus

Au début du XVI ème siècle, et suite aux travaux de Basile Valentin – un alchimiste du XV ème siècle auteur des fameuses «Douze clefs de la philosophie»- Philippus Theophrastus Aureolus Bombastus von Hohenheim (Dis Paracelse, parce que ouais, c’est plus simple.) révolutionne la médecine en utilisant l’alchimie et l’astrologie pour créer la Spagyrie, qui sera aussi la discipline de grands noms comme Hildegarde Von Bingen ou encore Marie la Juive (qui a inventé le bain Marie).
Un élixir qu’il aurait crée d’après des recettes égyptiennes et romaines, à travers les âges, grâce au Docteur Samst au XVII ème siècle d’abord sous le nom «Élixir du Suédois» puis, après l’arrivée de l’allopathie et donc un oubli de plusieurs siècles, il est redécouvert par Maria Treben, une phytothérapeute du tout début du XX ème siècle !
Cet élixir serait d’après certain, l’élixir de longue vie. Alors, est-ce ici la clef de la Veram Medicinam ? Euh… ben je sais pas trop, mais en tout cas, c’est plutôt pratique ! Si vous voulez vous lancer dans l’opératif ou la Spagyrie, je vous retranscrit donc la recette et la méthode de fabrication et le manuscrit des applications et de la posologie de ce remède.

lebreton.champagne

ATTENTION : Mise en garde qui va sans dire mais qui va mieux en le disant. Je ne suis pas médecin, ceci ne peut pas remplacer un traitement médical. Avant de se lancer là dedans, soyez sûrs de n’être allergique à aucune de ces plantes. Si vous avez un doute, demandez à votre pharmacien ou votre médecin. Cette recette est mise ici à titre indicatif, historie et expérimental.

PRÉPARATION :

Pour ce faire, il vous faudra :

10 g. de poudre d’aloès
5 g. de myrrhe
0,2 g. de safran
10 g. de feuilles de séné
10 g. de camphre naturel
10 g. de racines de rhubarbe
10 g. de racines de zédoaire
10 g. de manna
10 g. de thériaque vénitienne
5 g. de racines de carlinae
10 g. de racines d’angélique

elixir-du-suedois-plantes-pour-la-preparation-originale
Si vous ne voulez pas vous emmerder à chercher plante par plante, il existe dans les bonnes pharmacies et herboristeries des sachets de plantes toutes faites pour faire cet élixir. Il vous en coûtera entre 10 et 15€ pour 1,5l de préparation. (Et si vous voulez vraiment pas vous faire chier, il existe déjà tout prêt… mais bon, c’est moins rigolo que de le faire soi même.)

Il vous faudra également 1,5 litre l’alcool à 35° (les herboristes vous dirons d’utiliser de la vodka).
Mais l’eau de vie de grain ou de fruit marche également. Si vous voulez respecter la tradition, le mieux c’est de distiller votre propre alcool pour qu’il soit le plus pur.

A la pleine lune, vous verser dans un bocal les plantes puis l’alcool, vous laissez macérer jusqu’à la pleine lune suivante en prenant soin de remuer tout les jours et de le conserver dans un endroit sombre. Au bout de ce cycle lunaire, vous filtrer le tout dans un bouteille à verre opaque, et pressant bien les plantes pour en extraire le plus de jus possible.

La plupart des recettes s’arrêtent ici, mais les Spagyristes vont plus loin. Ils récupèrent les plantes pressées et les mettent à calciner au four jusqu’à les réduire en cendres (250 / 300°). Une fois les plantes calcinées, vous les lessivez dans de l’eau distillée (la plus pure possible). Vous filtrez ensuite
le tout et vous laissez évaporer lentement sur une source de chaleur jusqu’à cristallisation des cendres. Vous obtenez alors le sel des alchimistes. Il ne vous reste plus qu’à mettre ces sels dans l’élixir. Et voilà, c’est prêt.

Conservez votre élixir soit au frais, soit dans des bouteilles en verre fumé, loin de la lumière.

marie-la-Juive

POSOLOGIE.

1 – Qui en hume souvent, s’en humecte les vertèbres cervicales, se pose un linge humide sur la tête, verra ses douleurs et ses vertiges disparaître et sa mémoire et son cerveau se fortifier.

2 – Elles aident contre la vue trouble, suppriment rougeurs et douleurs de toutes sortes, même quand les yeux sont enflammés et la vue trouble. Elles font également disparaître les tâches et la cataracte lorsque l’on humecte à temps les coins des yeux ou que l’on pose un linge humecté sur les yeux fermés.

3 – Qui en humecte fréquemment et avec conscience les pustules et les exanthèmes ainsi que les croûtes dans le nez ou sur le corps sera bientôt guérit.

4 – Qui souffre de maux de dents versera dans un peu d’eau une cuillerée remplie de ces gouttes, en ferra un rinçage de bouche en conservant ce liquide dans la bouche pendant un certain temps, ou en humectera la dent douloureuse avec un chiffon. La douleur disparaîtra et l’infection sera peu à peu guérie.

5 – Humecter les aphtes sur la langue ou les autres troubles avec les gouttes, ce qui a pour effet une guérison rapide.

6 – Qui souf­fre d’une gorge enflam­mée ou irritée, ne pou­vant que dif­fi­cile­ment avaler les ali­ments et les bois­sons, pren­dra le matin, le midi et le soir des gouttes, les avalant lente­ment, et l’inflammation dis­paraî­tra et l’irritation guérira.

7 – Qui souf­fre de cram­pes d’estomac en pren­dra une cuillerée à soupe pleine en cas de crise.

8 – Qui souf­fre de col­iques en absorbera lente­ment trois cuillerées à soupe l’une après l’autre et il sen­tira bien­tôt un soulagement.

9 – Elles apaisent les ballonnements et rafraîchissent le foie, font dis­paraître tous les maux d’estomac et des intestins et aident à com­bat­tre la con­sti­pa­tion.

10 – Elles sont un excel­lent remède pour l’estomac qui digère mal et ne garde pas les aliments.

11 – Elles aident égale­ment con­tre les douleurs de la vésicule bil­i­aire. Si on en prend tous les jours une cuillerée à soupe le matin et le soir, et si l’on fait des com­presses imbibées de ces gouttes pen­dant la nuit, toutes les douleurs dis­paraîtront bientôt.

12 – En cas d’hydropisie, on pren­dra tous les jours pen­dant six semaines, le matin et le soir, une cuillerée à soupe dans du vin blanc.

13 – En cas de maux d’oreille et de bour­don­nements d’oreille, on humectera un morceau d’ouate et on le place dans l’oreille. Cela est d’une grande aide et l’ouïe per­due sera retrouvée.

14 – Lorsqu’une femme est en tra­vail, on lui don­nera trois jours de suite, une cuillerée à soupe dans du vin rouge, elle fera une prom­e­nade d’une demi-​heure après avoir bu ces gouttes, puis elle pourra pren­dre son petit déje­uner, mais sans boire de lait. Les gouttes ne devraient pas être prises en asso­ci­a­tion avec du lait.

15 – Dans les qua­torze derniers jours de la grossesse, la femme enceinte en pren­dra le matin et le soir un cuillerée à soupe et son accouche­ment en sera facil­ité. Pour une expul­sion plus facile du pla­centa, on don­nera à la femme en couches toutes les deux heures une cuillerée à café jusqu’à ce que le pla­centa soit expulsé sans contractions.

16 – Si après l’accouchement, des inflam­ma­tions se pro­duisent à la mon­tée de lait, des com­presses avec des linges humec­tés de gouttes en auront rapi­de­ment raison.

17 – Elles accélèrent la guéri­son chez les enfants souf­frant de petite vérole. On don­nera aux enfants des gouttes, selon leur âge, diluées dans de l’eau. Lorsque les pus­tules com­men­cent à sécher, il fau­dra les humecter fréquem­ment avec les gouttes, et aucune trace de cica­trice ne restera visible.

18 – Elles aideront les enfants et les adultes qui souf­frent de vers, oui, même les vers soli­taires pour­ront être expul­sés, mais il faut veiller à doser les gouttes en fonc­tion de l’âge de l’enfant. Nouer un linge humecté de gouttes sur le nom­bril et l’humecter en per­ma­nence si nécessaire.

19 – Qui souf­fre de jau­nisse se verra soulagé de tous ses trou­bles très rapi­de­ment s’il prend trois fois par jour une cuillerée à soupe de ces gouttes et se fait des com­presses sur la région enflée du foie.

20 – Elles ont rai­son de toutes les hémor­roïdes, guéris­sent les reins, expulsent du corps les humeurs de l’hypocondre, ren­dant toute autre cure inutile, font dis­paraître la mélan­colie et les dépres­sions et excitent l’appétit et la diges­tion.

21 – Elles ont égale­ment rai­son des hémor­roïdes lorsqu’on les humecte fréquem­ment au début ; si on boit les gouttes avant d’aller se coucher, les hémor­roïdes seront ram­molies par l’intérieur. A l’extérieur, on posera un petit morceau d’ouate humecté de gouttes. Cela aura pour effet de faire couler le sang super­flu et de soulager la sen­sa­tion de brûlure.

22 – Si quelqu’un est évanoui, il faut lui ouvrir la bouche si néces­saire, y intro­duire une cuillerée à soupe de gouttes et le malade revien­dra à lui.

23 – Lorsqu’on le boit, ce remède est égale­ment effi­cace con­tre les douleurs dues à des cram­pes, qui dis­paraîtront avec le temps.

24 – En cas de mal­adie des poumons, en pren­dre tous les jours le matin à jeun et con­tin­uer la cure pen­dant six semaines.

25 – Si une femme n’a pas ses règles ou si ces dernières sont trop abon­dantes, elle prend ces gouttes pen­dant trois jours et recom­mencera cette cure vingt fois. Cela réduira ce qui est en trop et com­pensera ce qui manque.

26 – Ce remède est égale­ment effi­cace con­tre les pertes blanches.

27 – Qui souf­fre d’épilep­sie doit en boire sans tarder. Le malade doit ensuite pren­dre seule­ment ce remède, car il for­ti­fie aussi bien les nerfs malades que le corps et qu’il empêche toutes les maladies
Elles guéris­sent toutes les paralysies et font dis­paraître ver­tiges et nausées.

28 – Elles guéris­sent égale­ment la petite vérole et la rougeole.

29 – Si quelqu’un a de la fièvre et qu’il a froid ou chaud, qu’il est en état de grande faib­lesse, on lui admin­istr­era une cuillerée à soupe et le malade, à moins que d’autres médica­ments n’affaiblissent son corps, revien­dra à lui en peu de temps, le pouls recom­mencera à bat­tre et aussi haute que soit la fièvre, le malade ira bien­tôt mieux.

30 – Les gouttes guéris­sent égale­ment le can­cer, les petites véroles et les ver­rues anci­ennes, les mains crevassées. Si une plaie est anci­enne et puru­lente et si des excrois­sances de chair y ont poussé, bien laver le tout avec du vin blanc, puis y poser un chif­fon humecté des gouttes. Les tumeurs et les douleurs, ainsi que les excrois­sances dis­paraîtront et la plaie com­mencera à cicatriser.

31 – Elles guéris­sent sans dan­ger toutes les plaies, qu’elles soient dues à des coups ou à des piqûres, lorsqu’on les humecte sou­vent de ces gouttes. On prend un linge, le plonge dans les gouttes, en recou­vre les plaies. En peu de temps, la douleur dis­paraî­tra, sans que des inflam­ma­tions ou des infec­tions ne survi­en­nent, et les gouttes guériront égale­ment d’anciennes plaies dues à des blessures par coup de feu. En cas de trous, on met les gouttes dans la plaie qui n’a pas absol­u­ment besoin d’être net­toyée aupar­a­vant. En posant à répéti­tion un linge humecté de gouttes sur la plaie, la guéri­son se pro­duit en peu de temps.

32 – Elles font dis­paraître toutes les cica­tri­ces, même si elles sont très anci­ennes, ainsi que les coupures, lorsqu’on les humecte jusqu’à quar­ante fois. Toutes les plaies guéries grâce à ses gouttes ne lais­sent aucune cicatrice.

33 – Elles guérissent totale­ment toutes les fis­tules, même si elles sem­blents incur­ables, l’ancienneté de la lésion n’a aucune importance.

34 – Elles guéris­sent toutes les brûlures, qu’elles provi­en­nent du feu, de l’eau brûlante, ou de la graisse, lorsqu’on humecte régulière­ment les blessures avec des gouttes. Il ne se pro­duit pas non plus de clo­ques, la chaleur est retirée, même des clo­ques puru­lentes guériront à la base.

35 – Elles sont utiles con­tre les bosses et les taches dues à des chocs ou à des coups.

36 – Qui ne mange pas avec appétit aura de nou­veau faim.

37 – Qui souf­fre d’une grande anémie retrou­vera vite ses couleurs s’il prend les gouttes le matin, pen­dant un cer­tain temps. Elles puri­fient le sang et activent sa for­ma­tion et sa circulation.

38 – On fait dis­paraître les douleurs rhu­ma­tismales dans les mem­bres lorsqu’on les boit le matin et le soir et qu’on pose des linges humec­tés de gouttes sur les par­ties douloureuses.

39 – Elles guéris­sent les mains et les pieds gelés, même accom­pa­g­nés de plaies ouvertes. Faire des com­presses avec des linges humec­tés de gouttes aussi sou­vent que pos­si­ble, et surtout la nuit.

40 – Poser des com­presses humec­tées des gouttes sur les cors et veiller à ce que les par­ties douloureuses soient tou­jours humides. Au bout de trois jours ils tombent d’eux-même, ou il est pos­si­ble de les peler sans difficulté.

41 – Elles guéris­sent égale­ment les mor­sures de chiens et d’autres ani­maux enragés lorsque l’on boit les gouttes, car elles guéris­sent et élim­i­nent tous poi­sons. Recou­vrir les plaies avec un linge humecté de gouttes.

42 – En cas de peste et d’autres mal­adies con­tagieuses, il est bon d’en boire plusieurs fois par jour, car elles guéris­sent les bubons et les tumeurs dues à la peste même lorsqu’elles se trou­vent dans la gorge.

43 – Qui dort mal la nuit prend de ces gouttes avant de se coucher. En cas d’insom­nie nerveuse, poser sur la région du coeur un linge humecté de gouttes diluées.

44 – Pour faire cesser l’ivresse d’un homme ivre, deux cuillerées à soupe de ces gouttes le remet­tront d’attaque sur le champ.

45 – Qui prend tous les jours de ces gouttes, le matin et le soir, na pas besoin d’un autre médica­ment, car celles-​ci for­ti­fient le corps, rafraichissent les nerfs et le sang, empêchent les mains et les pieds de trem­bler. En bref, elles élim­i­nent toutes les mal­adies. Le corps reste droit, le vis­age jeune et beau.

Impor­tant : Toutes les quan­tités indiquées doivent être prises diluées dans de la tisane aux herbes ou dans de l’eau.

Dist de Kaerth

Sources :

http://www.magievegetale.fr
http://www.cfaitmaison.com
Précis de médecine Alchimique – Eric Marié
Les douze clefs de la philosophie – Basile Valentin

A propos distdekaerth777

Esoterist - Occultist - Graphic Artist - Photographer - Musician.
Cet article, publié dans Alchimie, Spagyrie, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour L’ÉLIXIR DE PARACELSE

  1. gima46 dit :

    Ils avaient une pharmacopé vraiment extraordinaire …

    J'aime

  2. Pr S. Feye dit :

    À tout hasard, si cela intéresse quelqu’un: La première traduction française des Météores de Paracelse vient de sortir chez Beya Editions.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s