LA RUNE MICHEL

Runes

Bon, on est tous d’accord pour dire que l’ésotérisme, c’est le bordel. Mais y a des domaines qui, au grès de l’évolution des cultures, des syncrétismes, des expansions et de la dissolution dans des cultures éloignées, ont morflés plus que d’autres. Les runes par exemple, sans déconner, quand on se lance dans le sujet, on s’y perd très vite. Alphabets différents, nombre de lettre différents, significations un peu selon le groove de l’auteur, glyphes différents, noms différents… Comme disait ma grand mère, une vache n’y retrouverait pas son veau.
Du coup, votre serviteur – comme si il n’avait rien d’autre à foutre de ses journées – s’est dit que ça serait une vraie bonne idée de dégrossir un peu le travail.
Non. Ne me remerciez pas, c’est pour moi, ça me fais plaisir.
Et ça me permet de sortir un peu de mes thèmes habituels. Ce qui est une bonne chose pour ce blog.
Dans un premier temps, j’ai ressorti un livre – le seul et unique – que j’avais sûr le sujet. J’avais dû l’acheter sans trop savoir quoi en foutre. L’auteur, Bruno Lievain est une vraie pointure, la preuve, il est passé chez Christophe Dechavanne. C’est dire. (Je sens que ça vous en bouche un coin.)
Du coup, j’ai feuilleté, mais sans trop trop m’attarder non plus, hein.
J’ai donc écumé les sites et les boutiques ésotériques parisiennes (j’allais quand même pas acheter un bouquin, j’en achète déjà bien trop pour mes conneries habituelles.) pour vous faire ce bel article.

Le Futhark.

Comme son nom ne l’indique pas, le Futhark n’est pas un Futon Ikea. C’est l’alphabet runique. Enfin, ce sont LES alphabets runiques. Il en existe en réalité deux grands type. L’ancien et le récent. (Jusque là, ça va ? Vous suivez ?) A titre indicatif, je vous met ici les deux.

L’ancien, à 24 runes.
Runic_letters_elder_futhark.svg

Le récent, à 16 runes.
Yngre_futharken.svg

Il existe aussi un Futhark récent complété, dit médiéval. Mais bon, franchement, t’as vu. Wesh.
Et si c’est pas assez, il existe aussi un Futhorc, qui est un Futhark ancien, mais complété à 33 runes… Ouais, franchement, t’as vu aussi. Wesh. (bis)

Bon, déjà, à priori, le récent, pour ce qui nous intéresse, en l’occurrence la lecture, on s’en fout un peu. Nous allons donc nous concentrer sur l’Ancien Futhark à 24 runes. Pis bon, «Ancien», t’as vu frère, ça fait plus swag que «récent».

Les runes.

Pour des raisons de simplicité, j’ai choisi arbitrairement – c’est mon blog, j’fais c’que j’veux – un nom parmi les 8000 qui existent pour chaque runes, mais je suis gentil, je vous mettrai les autres aussi (enfin, ceux que j’ai trouvé).

Je les accompagnerai de leurs significations, en tirage ou en talismanie, et de quelques autres trucs que j’ai trouvés, comme les divinités nordiques auxquelles elles sont assimilées, ou les éléments qu’elles sont censées gouverner. Et bien entendu, je séparerai les différents Oett (ça veut dire Huit), qui sont les trois groupes de 8 runes du Futhark (haaaa, ok).

+Oett de Fehu.

Fehu.

(Feho, Fé, Fraujaz, Freyr.)

Rune féminine de feu et de terre, elle est associé à Freyja. Étant la première rune de cet oett et de l’alphabet entier, la sortir dans un tirage amène généralement à une idée de départ, de commencement. Sans vouloir me lancer dans un parallèle maladroit, j’oserai dire qu’elle peut, dans sa signification, avoir une similarité avec le Bateleur du Tarot.
Elle donne également une idée d’abondance, de richesse, son glyphe pouvant faire penser à un gugusse les mains en l’air en signe de gratitude.
En talismanie, elle servira d’envoi d’énergie, d’impulsion première à glisser au début d’une composition pour lui faire un tremplin.

Ūruz.

(Ur, Yr, Uram.)

Rune masculine de terre. Elle désigne l’auroch. Un genre de gros bœuf quoi. J’en entends qui font déjà une réflexion genre «Tiens, comme Aleph dans l’alphabet hébreu». Oui. Mais non.
Uruz est une rune d’aide. Dans un tirage, elle amènera à chercher de l’aide pour débloquer une situation. Elle nous montrera que cette aide est toute proche et qu’il suffit de demander.
Dans un talisman, est favorisera donc cette aide, mais également la guérison et la compréhension.

Thurisaz.

(Thorn, Thurs.)

Rune masculine de terre, Thurisaz est un symbole de force, tant en attaque qu’en défense. Elle devient donc une rune protectrice en talisman mais en tirage, elle a un peu tendance à puer du cul. En effet, son nom signifie épine, ce qui est également phallique et lui donne un rôle puissant en magie sexuelle (bande de petit fripons).

Ansuz. (mais an avale pas.)

(As, Os, Oss.)

Rune masculine d’air, Ansuz est la rune D’Odin, qui détient la sagesse (mais genre LA sagesse quoi.) C’est donc, dans un tirage, une invitation à la réflexion, à l’empirisme, à apprendre d’une expérience. En talismanie elle servira à l’inspiration et à la créativité, ce qui en fait la chouchou des artistes.

Raido.

(Rad, Reio, Raitho.)

Rune Masculine d’air, Raido signifie «le voyage, la chevauchée», qui a donné «ride» en anglais, par exemple. Ce qui peut la rapprocher du Chariot dans le Tarot. Dans un tirage, elle aura donc un rapport très étroit avec tout ce qui touche au mouvement. Mais, si on la voit d’un point du vue plus spirituel, on peut également y trouver un voyage initiatique. En magie runique, elle est messagère des demandes et des souhaits. En fin de talisman, elle mènera l’énergie envoyée à bon port.

Kenaz.

(Kaunaz, Kaunan, Kaun, Cen, Conasse… ha non.)

Rune masculine de feu, Kenaz signifie «torche», mais aussi euh… «ulcère»… bon, ben on va plutôt rester sur l’idée de torche. Son glyphe fait penser à un œil ouvert de profil. Elle est donc un symbole de lumière et l’illumination, un peu à la manière d’Ayin, la lettre hébraïque. Dans un tirage, elle incitera à «voir», à prendre du recul pour avoir une vue d’ensemble. La torche est aussi un symbole de purification par le feu, de feu créateur, réchauffant et partagé.
Dans un talisman, elle permettra d’avoir accès à une information cachée ou à un secret.

Gebo.

(Gyfu, Gar.)

Rune transsexuelle du brésil, relative à l’air, Gebo est également une rune associé à Freya. Son glyphe formant un X est tracé, non pas en deux traits / et \ mais plutôt en > et <. Deux forces opposées qui se rejoignent en un point. En ce sens, elle est symbole d’union des contraires. Elle peut faire penser au Rebis alchimique. Dans tout les cas elle nous parle d’amour, d’amitié, d’union et de coopération. Comme elle signifie également «cadeau», elle nous apprend à donner par amour pur, sans rien attendre en retour, comme Florent Pagny. Dans un tirage elle incitera à s’entourer des bonnes personnes, à se lancer dans un «couple», mais aussi à équilibrer les paradoxes en nous même, accepter notre part intérieure du sexe opposé. Elle se situe quelque part entre l’Amoureux et la Tempérance du Tarot.
En magie runique, elle sera utilisée pour rapprocher deux personnes ou apaiser une dispute.

Wunjo.

(Wynn, Wen, Wunnia.)

Rune masculine d’air, Wunjo est un peu la rune cool du jeu, elle signifie la joie et le bonheur. Dans un tirage elle fait donc bien kiffer le consultant, puisqu’elle lui explique qu’il est déjà heureux, qu’il a déjà tout ce dont il a besoin pour peu qu’il sache le voir. Elle nous incite donc à l’optimisme, à apprécier tout les petits plaisirs, et à faire des bisous aux peluches, des câlins aux enfants – qui a dit Pedo Bear ? – et des anges qui volent dans des nuages de marshmallow. En talisman, elle servira à chasser la tristesse et l’angoisse.

+ Oett d’Hagalaz.

Hagalaz. ou

(Haglaz, Hagal, Hagall, Haegl.)

Rune féminine d’eau, associée à Urd. Elle signifie «la grêle». Je vous avoue que la grêle, ça pue un peu du cul dans un tirage, en effet, ça sent un peu la crise, la rupture, l’accident… Mais restons dans l’optimisme instruit par Wunjo, et sachons qu’une crise telle que celle ci servira à nous restructurer. La grêle reste de l’eau, et elle fertilise la terre. De ces épreuves naîtrons donc des fruits, il faut donc l’endurer pour renaître.
Si je devais la mettre en parallèle avec la Maison Dieu, qui arrive aussi avec son lot d’épreuves, j’en tirerai la même conclusion: Hagalaz nous apprend que seul l’égo souffre.
En talismanie, elle est utilisée pour causer du tort. Voilà, je vous le dis, vous en faites ce que vous voulez, vous êtes des adultes, vous avez votre propre conscience.

Naudhiz.

(Nyd, Naudr, Nod)

Rune féminine de feu dédiée à Skuld. Autre épreuve de l’Oett d’Hagalaz, Naudhiz est la contrainte. Elle nous montre que parfois, on ne fait pas ce qu’on veut, qu’on est soumis à des lois, et son bras en forme de balancier nous apprends à nous équilibrer, trouver un juste milieu entre nous obligations et nos envies.
En talismanie cependant, Naudhiz peut nous libérer d’un besoin ou, justement, d’une entrave.

Isa. (a les yeux bleus.)

(Iz, Isaz, Is)

Rune féminine d’eau, mais d’eau à l’état solide, puisqu’ Isa signifie «la Glace». Elle à donné «Ice» en anglais. Dans la mythologie nordique, l’univers est né d’une faille entre le glace et le feu. (Oui, en même temps, dans le nord, la glace, on la voit plus que chez nous.) Elle est donc paralysante. En tirage elle signifiera que, à ce moment, tout est figé. Isa est donc l’épreuve qui nous enseignera la patience, qui nous apprendra à serrer les fesses dents en attendant que ça passe. On en sortira plus endurant et plus résistant.
En talisman, elle nous servira donc à avoir la force tranquille de la glace qui attend patiemment la fin de l’hiver pour fondre et se remettre à couler paisiblement, irriguant dans son périple le monde qui l’entoure pour le ramener à la douce vie chantante du printemps . (Putain, c’que j’écris bien dès fois, j’en ai la larme à l’œil.)

Jera.

(Jeraz, Jeran, Ger, Gérard – un copain à mon père, très sympa.)
*Dans le livre de Bruno Liévain, c’est même écrit Jepa, mais je pense sincèrement que c’est une coquille. Sacré Bruno.

Rune transgenre de terre, Jera nous parle de moisson. Il est temps en effet de récolter ce qui à été planté, et arrosé par la grêle de Hagalaz. Les jours s’éclaircissent, winter is plus du tout coming. Jera nous enseigne donc les cycles des saisons, de la procréation, de la nature, des astres. Elle nous rappelle la vacuité bouddhiste, rien n’existe puisque rien n’est figé, tout est pris dans un mouvement beaucoup plus global qu’une conscience étriquée ne peut pas discerner. C’est donc la rune qui viendra remettre «Isa» en mouvement. «Rien n’est constant sauf le changement» nous dit Bouddha.
En talisman, elle servira donc à débloquer une situation qui semble statique et aussi à comprendre les ondulations de la vie.

Eihwaz

(Eoh.)

Rune masculine. Eiwhaz est un peu le penchant hardcore de Jera. Elle enseigne également les cycles, mais de manière plus directe. Elle se focalise sur une onde – que son glyphe représente parfaitement – avec la pression et la dépression, son + et son -, sa vie et sa mort, sa lune et son soleil… «Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas.» comprendre que chaque chose n’a pas son contraire, mais qu’en réalité, chaque chose EST également son contraire. Le deux contenu dans le un. D’ailleurs, si on retourne le glyphe, on croit voir deux 1, formant un 2. C’est ainsi que l’on comprends plus en profondeur le cycle des transformations.
En magie runique, Eihwaz est utilisée pour communiquer avec les morts, et pour dépasser la peur humaine de mourir.

Perthro.

(Peorth, Peoro, Perbro.)

Rune masculine d’air, Perthro signifie «jeu», «fête», «amusement». Du moins, elle y est associée, sa véritable signification étant inconnue. Pour certains, elle représente le cornet dans lequel on mélange les dés avant de les faire rouler sur la table. Ce qui lui donne une idée de surprise, d’imprévu et de secret révélé, mais contrairement à Kenaz qui trouve le secret par la recherche, Perthro nous livre le secret sans que nous l’ayons demandé, il sort avec la spontanée infantile du jeu. Perthro étant une rune aussi liée à l’initiation, elle peut représenter un révélation ou une épiphanie du cherchant.
En talismanie, Perthro est donc une rune qui servira à comprendre un mystère initiatique et à retrouver quelque chose qui a été perdu, mais toujours dans une dimension ludique.

Elhaz.

(Algiz, Eolh, Yr.)

Rune hermaphrodite d’air, Elhaz est associée à Cernunnos, le Dieu cornu. En effet, Elhaz représente l’élan (l’animal). C’est une rune de protection, de paix et de succès, donc plutôt à la cool. Elle ressemble aux bois de l’élan qui, à la manière d’un arbre, partent de l’esprit pour aller vers le ciel et s’étendre vers lui. En magie runique, elle sera utilisée pour demander protection et aide au ciel, on peut en effet aussi voir dans son glyphe, un gugusse qui tend les bras au ciel pour lui demander grâce et pitié.

Sigil.

(Sowilo, Sigel, Sol.)

Rune masculine d’air. Sigil est un éclair, qui part du ciel et fait descendre l’énergie sur terre. C’est une rune de délivrance, comme l’orage libère l’atmosphère d’une chaleur trop lourde et étouffante. Sigil assaini et purifie l’air par le feu. On peut, bien évidement aussi, y voir un «coup de foudre», qui arrive très vite et sans prévenir.
En magie runique, Sigil servira à concentrer l’énergie dans un point précis, afin que le charme soit plus efficace.

+ Oett de Tiwaz.

Tiwaz.

(Tir, Tyr.)

Rune masculine d’air associée au dieu Tyr, un genre de Mars (et ça repart) nordique. Tiwaz est une flèche – comme le Zayn hébreu – et donc aussi une image phallique. Tiwaz est donc une rune très active, de courage, de motivation, de combat. Elle désigne également un chef, ou un guerrier.
Utilisée en talisman, c’est une demande de justice divine, d’accélération du karma.

Berkanno.

(Beorc, Berko, Berkanan, Bluetooth – et c’est même pas une connerie, ça vient vraiment de là.)

Rune féminine de terre, Berkanno signifie le (hé ho, hé ho, on rentre du) bouleau. L’arbre à écorce blanche. Sa forme rappelle une femme enceinte de profil (que les fétichistes se calment, merci.) et donc lui donne cette dimension de féminin sacré, elle me fait penser à l’archétype de Babalon et de la Vierge réunis (oui, oui, j’ai osé.) Dans un tirage, elle va donc nous orienter sur ce que l’on reçoit par l’intuition, et sur ce qui est en gestation en nous.
En magie runique, Berkanno sera utilisée pour développer l’intuition, la créativité et la féminité. Elle pourra aussi être utilisée pour des charmes de magie sexuelle.

Ehwaz (Ne pas confondre avec Eihwaz)

(Eoh, Eh, bon, hein.)

Rune transformiste à plateformes de terre, Ehwaz, c’est le cheval, et le cheval, vous le savez, c’est ma grande passion. (Merci au plus de trentenaires qui vont comprendre cette blague.)
C’est donc une rune de confiance, de relation au règne animal, de loyauté, de chevalerie (ben oui.) et de lâcher prise. Lâcher prise, c’est faire confiance à son destrier.
En talismanie, Ehwaz servira donc à lâcher prise sur l’envie de résultat, qui entrave la réussite de la magie dans la plupart des rituels. Il faut placer sa prière sur la selle d’Ehwaz, et laisser le cheval faire son chemin. (C’est beau hein.)

Mannaz.

(Man, Madr.)

Rune masculine de terre, liée à Frigg, Mannaz, c’est l’homme. Man, en anglais. Cette rune nous indique que la divinité réside en l’homme, et qu’il la trouvera par l’initiation. Elle appelle au dépassement des limites qui font de nous des hommes, avec des ego mal contrôlés, pour nous diriger vers une sorte de surhomme Nietzschéen.
En talisman, elle apportera l’élargissement de la conscience, de l’intellect et servira d’aide pour toute forme de travail sur soi.

Laguz.

(Laukaz, Logr, Lagu)

Rune féminine d’eau, Laguz signifie… ben justement, l’eau. Cette rune concerne donc tout ce qui est énergies intérieures, le féminin, l’intuition et l’inconscient. Elle fait penser au lac présent sur la carte de la Lune du Tarot. Comme Ehwaz, elle incite au lâcher prise, mais de manière plus radicale, pour nous laisser voguer et faire confiance au courant, à notre instinct.
En magie runique, elle possède un fort pouvoir guérisseur, elle déclenche un magnétisme et un courant semblable à celui d’un torrent.

Ingwas. ou

(Ing, Inguz, Enguz)

Rune bisexuelle assumée, d’eau et de terre, Ingwaz signifie «fertilité». Vous allez me dire que ça fait beaucoup de runes qui parlent de fertilité, mais à une époque où on vivait de ses récoltes et où la mortalité infantile pétait les plafonds, on peut comprendre que c’était un sujet assez central. Son glyphe est censé représenter un vagin ouvert et prêt à enfanter. Mouais. Si vous l’dites. Toujours est il qu’il est symbole d’un certain achèvement, un accomplissement. La naissance signifie en effet la fin d’un cycle rondement mené et le début d’un second, comme la naissance du Christ, qui est symboliquement fêtée au solstice d’hiver, quand les jours rallongent. Les alchimistes comparent cette naissance (et cette renaissance) à la découverte de la pierre philosophale. Dans un tirage, elle présente donc un période faste qui démarre après de difficultés.
En talismanie, elle pourra être utilisée pour mener à bien une naissance – réelle ou symbolique – et assurer le bon déroulement de la gestation. Il peut évidement s’agir d’une œuvre, d’un projet, d’un amour nouveau, etc.

Dagaz.

(Daeg, Dag.)

Rune féminine d’air et de feu, Dagaz signifie «l’aube, le jour», qui a donné «Tag» en allemand.
Ingwaz nous parlait d’accomplir un cycle parfait, Dagaz, en toute logique viens nous raconter qu’un nouveau cycle commence, qu’un nouveau jour se lève. (qu’est-ce qu’il est poétique ce putain d’article, sa race.)
Dans un tirage, elle viendra donner espoir à la personne qui se sent dans l’ombre pour lui dire que la lumière est à deux pas. La forme de son glyphe nous incitera à concilier également les paradoxe humains, à la manière de Gebo, mais cette foi ci, le mouvement est fermé, il est intérieur et infini.
En magie runique, Dagaz donnera la foi de remonter une pente pour recommencer un travail après un moment dur.
Elle me fait penser à cette phrase de Kipling, dans son célèbre «Tu seras un homme, mon fils» Traduit par Paul Eluard:
«Si tu peux voir détruit l’ouvrage de ta vie,
Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir.»

Othala.

(Odal, Odalan, Othalan.)

Rune masculine de terre, Othala signifie «Rupture». Elle est la dernière lettre de l’aphabet runique, et achève le chemin initiatique. Ce n’est donc pas une mauvaise rupture qu’il faut entendre ici. Au contraire, Othala est une rune qui nous parle de famille, des ancêtres et du respect qu’on leur porte. Un des 5 principes du Reiki est d’ailleurs: «Juste aujourd’hui, sois dans la gratitude envers la vie, tes parents, tes ancêtres et tes Maîtres.». Et, bien qu’énormément éloignés par la culture, la géographie et le temps, je trouve que cette phrase répond très bien à l’enseignement d’Othala. Les ruptures, les morts de nos ancêtres sont, effectivement, nos maîtres dans la vie.
En magie runique, Othala est une rune de protection de la famille, du foyer et de la maison.

N.B. Comme la svastika, Othala à souffert de l’utilisation de son glyphe sous le troisième reich, et est encore utilisée maintenant comme emblème de groupes néo-nazis. Nan, j’vous le dis au cas où. Si vous tombez sur un mec au crâne rasé avec Odal tatoué sur le biceps, n’allez pas le voir pour lui dire que vous aussi, vous avez du respect pour ses ancêtres. On ne sait jamais.

Wird.

(Wyrd)

Hé hé ! La rune suprise. BIM ! Wird est la rune blanche, elle ne porte donc aucun glyphe. Son invention serait assez récente et serait une sorte de ponctuation. Elle est la «Rune du destin» et… vous m’voyer v’nir avec mes gros sabots: J’ai bien envie de la comparer au «Mat» dans le tarot de Marseille. Elle est une énergie, non numérotée, non manifestée, un peu folle. En anglais, elle a d’ailleurs donné «Weird» qui veux dire «étrange» où «bizarre». Elle nous rappelle que l’univers est régi par des lois qui nous dépassent et que seules l’initiation et la connaissance peut nous permettre de comprendre.

Le tirage.

Voilà, je suis sympa, je vais même vous filer une méthode de tirage avec !
Bon, de base, il faut un jeu de runes – ça aide – que vous pouvez acheter ou fabriquer vous même. Généralement, un jeu se présente sous la forme d’un sac en joli tissu dans lequel sont jetées des pierres ou des petites lames de bois gravées. Mais rien ne vous empêche de découper des cartons et d’y dessiner des runes de manière à l’utiliser comme une jeu de cartes.
L’idée du sac est toute de même plus «raccord» à mon sens. En effet, la rune de l’initiation étant Perthro, et sachant qu’elle désigne le gobelet à dés duquel sort la vérité, je trouve que l’idée d’un sac dans lequel les runes se mélangent, comme des dés, pour nous donner la vérité initiatique, ben ça garde l’esprit. Mais une fois de plus, ce n’est que mon avis.

_DSC1088

Après avoir mélangé les runes dans le sac, vous en tirerez 6 en les plaçant dans l’ordre suivant :

6
5
3  2  1
4

Qui se lit :

3             2              1
Futur   Présent   Passé

6 Les points faible
5
Les problèmes
4

J’utilise peu les runes en tirage, pour être franc, je vous laisse donc vous familiariser avec cette technique, et la changer, l’agrémenter, trouver vos marques… N’hésitez pas à m’envoyer vos ressentis en commentaires. Je me ferai un plaisir de m’en foutre.

La Talismanie.

Voilà, là ou j’utilise le plus les runes, c’est dans la magie runique qui, d’expérience donne de très bons résultats ! Je serai ravi de vous donner une méthode, mais il n’y en à guère plus que pour la fabrication de sigils en Chaos Magick (voir l’article ici !)

D’ailleurs, dans le même genre de méthodes que celle de la rose sigillaire, je vous ai dégoté cette merveilleuses rose runique. Enjoy ! (Merci PaganTroop)

T-hexagon_2-futhark

Sinon, je vous ai glané quelques exemples de talismans tout faits pour vous donner une idée, mais je crois sincèrement que faire ses propres combinaisons est plus efficace que le pré-mâché.

05-bind-runes-ing bind-runes-berkano

Vous voilà donc parfaitement armés pour vous lancer dans la folle aventure runesque.
Cordialement. Bisous.

Dist de Kaerth.

Publicités

A propos distdekaerth777

Esoterist - Occultist - Graphic Artist - Photographer - Musician.
Cet article, publié dans Initiation, Magie, Runes, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour LA RUNE MICHEL

  1. Penwywern dit :

    l’intention a l’air bonne, mais franchement, ça marche pas comme ça. Ces conneries de tirage sont une invention bien récente pour gogos pseudo-occultes, et quand à ces runes liées, on en retrouve effectivement sur des pierres, mais elles faisaient clairement office de signature et pas de talisman. Je parle même pas de cette « rose runique » (évite Pagantroop, et en général tous ceux qui se disent odinistes, dans 75% des cas, c’est du néonazi). Et quand à Bruno Lievin, je le connais pas, mais d’après une rapide recherche google, il m’a pas l’air d’avoir posé le moindre pied dans le monde du futhark, le vrai pas le commercial à deux sous, et les « sens des runes » qu’il indique, pour la plupart sont soit faux soit compètement partiels (non, on ne néglige pas le sens « ulcère » de kaunan, son sens en tant que « torche » vient du futhorc et est une métaphore du sens primordial, « ulcère »).

    bon, ce commentaire est déja long, mais, si ce genre de choses vous intéresse, le seul conseil que je peux vous donner est de chercher par vous même. C’est la philosophie même du skald. Pour accéder aux runes, Odinn n’est pas aller pleurnicher auprès de quelqu’un, il les a conquises lui-même (je vous déconseille de faireexactement la même chose que lui, vous en mourriez, vous n’etes pas des Ases). De plus le savoir est inutile sans la sagesse nécessaire pour le manipuler, et cette sagesse ne s’obtient qu’en recherchant le savoir. Il ny a pas de raccourci. D’autant plus que les runes sont bien plus complexes que le tarot (24 runes pour 78 cartes, c’est forcé d’être plus complexe).
    Après ça, pour éviter de vous faire chopper par du néonazi, qui sont très fréquent dans ce domaine, le seul conseil que je peux vous donner est de commencer par les textes originaux (edda en prose, puis edda poétique, puis les poèmes skaldiques….) et d’essayer de comprendre les pierres runiques. Au début, on comprends rien, mais c’est normal, il faut lire et relire jusqu’à ce que le texte soit littéralement entré en toi (non, par l’anus, ça compte pas).
    Et puis, si vous voulez testerquelqu’un, parlez-lui de la prédominance de la race blanche. Si il essaye de vous foutre son poing dans la gueule, c’est bon.
    Allez les petits Skalds, courage! on y arrive!

    Aimé par 1 personne

  2. Ping : 10 APPLICATIONS POUR UN SMARTPHONE MAGICK ! | LES SEPT SCEAUX

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s